Billet 2 : Essais techniques autour des formats professionnels et amateurs

Avec Rune Ericson, Jean-Pierre Beauviala préconise depuis le milieu des années 1980 le Super-35 en 3 perforations, puis le format 2-perf scope (ou Scope 2Perfos). Il s’agit d’utiliser tout l’espace disponible sur la pellicule, dont celui réservé normalement à la piste son, pour la prise de vue qui s’effectue avec une optique sphérique nécessitant moins d’éclairage et offrant, en particulier pour le format 2-perf, une plus grande profondeur de champ. De plus, avec ces formats, la consommation de la pellicule est réduite de 25 à 50 % tandis que la caméra, plus silencieuse, consomme moins d’énergie. Ces formats de tournage ne sont cependant pas destinés à la distribution : il n’y a plus de continuité entre le support de prise de vue et le support de diffusion.

Continuer la lecture

Billet 1 : Essais techniques des premières caméras Aaton

Au sein du fonds film Aaton déposé à la Cinémathèque française, le plus ancien essai réalisé avec une caméra de la firme, un prototype de la première Aaton 7, date de 1972. Tourné au format Super 16, il documente une rencontre entre Jean-Pierre Beauviala et le chef opérateur suédois Rune Ericson devant la Cinémathèque de Stockholm, en présence du photographe Anders Petersen. Trois ans auparavant, Ericson a justement développé le format Super 16 en modifiant notamment une caméra Éclair 16, et ce, afin d’obtenir une image bien plus grande que celle du 16 mm standard (+ 40 %), pour un ratio d’image 1,66 : 1 plus adapté au gonflage en 35 mm, mais aussi par la suite au transfert au format 16/9 (soit un ratio de 1,78 : 1).

Continuer la lecture

À la découverte du Fonds Film Aaton

En mai 2021 a été publié un numéro du Cahier Louis-Lumière entièrement dédié aux travaux du programme de recherche Beauviatech. À son sommaire figurent plus d’une trentaine d’articles consacrés aux archives et aux brevets de Jean-Pierre Beauviala, à la société Aaton, à ses expérimentations techniques et aux nouvelles esthétiques qui y sont liées.

Tout au long de l’automne, nous vous proposons un aperçu de ce numéro spécial « Aaton : le cinéma réinventé » en revenant sur les recherches de Marianne Bauer et Simon Daniellou liées au fonds film Aaton, conservé à la Cinémathèque française et en partie numérisé sur ce carnet de recherche [Onglet « Documentation » : accès restreint aux membres du groupe de recherche ou sur demande].

Cet aperçu se déclinera en huit billets, versions remaniées et augmentées de leur article paru dans le Cahier Louis-Lumière n° 14 : « Le fonds film Aaton : entre essais techniques et tranches de vie » (p. 39-53).

Parution du Cahier Louis-Lumière n°14 – « Aaton : le cinéma réinventé »

Publié sous la direction scientifique de Gilles Mouëllic et Giusy Pisano, ce numéro 14 des Cahiers Louis-Lumière est entièrement consacré à Jean-Pierre Beauviala et à la société Aaton. Comportant une riche iconographie, il rassemble les contributions de scientifiques, de professionnels et d’étudiants autour du fonds d’archives déposé à la Cinémathèque française, de l’étude des brevets, ou encore d’analyses effectuées à partir d’une sélection de films.

Gilles Mouëllic et Giusy Pisano (dir.),
« Aaton : le cinéma réinventé », Cahier Louis-Lumière n°14, 2021.

Lire la table des matières →
Bon de commande →