Billet 1 : Essais techniques des premières caméras Aaton

Au sein du fonds film Aaton déposé à la Cinémathèque française, le plus ancien essai réalisé avec une caméra de la firme, un prototype de la première Aaton 7, date de 1972. Tourné au format Super 16, il documente une rencontre entre Jean-Pierre Beauviala et le chef opérateur suédois Rune Ericson devant la Cinémathèque de Stockholm, en présence du photographe Anders Petersen. Trois ans auparavant, Ericson a justement développé le format Super 16 en modifiant notamment une caméra Éclair 16, et ce, afin d’obtenir une image bien plus grande que celle du 16 mm standard (+ 40 %), pour un ratio d’image 1,66 : 1 plus adapté au gonflage en 35 mm, mais aussi par la suite au transfert au format 16/9 (soit un ratio de 1,78 : 1).

Jean-Pierre Beauviala rencontre Rune Ericson à Stockholm en 1972

Beauviala sera d’ailleurs l’un des premiers à pressentir l’usage futur de ce ratio à la télévision (« HDTV »), Aaton vendant plusieurs prototypes de l’Aaton 7 à la télévision française dès Pâques 1973, même s’il faut attendre quelques années pour que la caméra soit réellement commercialisée. Soucieuse d’atténuer les coûts pour les cinéastes souhaitant voir leurs œuvres diffusées en 35 mm sans pouvoir en assumer les frais, la société Aaton va ainsi industrialiser ce format de tournage : conçues pour les professionnels de la télévision et du cinéma, ses caméras pourront être utilisées aux formats 16 mm comme Super 16.

Reportage tourné avec un prototype de l’Aaton 7 au Salon des Industries et du Commerce de Bureau à La Défense en 1973
Essai de fixité tourné en 1973 avec une Aaton 7

Par la suite, les travaux de l’ingénieur portent régulièrement sur les formats et leurs enjeux, en particulier durant les années 1990, avec en ligne de mire la télévision « Haute définition ». Beauviala cherche notamment à repousser les limites de formats imposés par les fabricants de pellicule, reconsidérant l’espace réservé aux images et les rapports de cadre (ratios) afin d’optimiser l’expérience cinématographique et maîtriser les coûts. Le fonds film contient ainsi deux fragments tournés en 1993 au format Super 9,5 avec une caméra Beaulieu 9,5 modifiée.

C’est en 1991 que la Société d’exploitation du film (SEF) fondée par Paul Bigou passe commande à Aaton d’un prototype de caméra 9,5 mm que Beauviala propose d’aligner sur le ratio 16/9 qui se profile alors à l’horizon pour la HDTV. Il faut pour cela rationaliser davantage la découpe en trois de la bande 35 mm qui, avec le procédé 9,5 mm traditionnel, entraîne une chute inutilisable de 6,5 mm. Beauviala vise une largeur de 11,66 mm (soit 11 2/3), pour une image de ratio finalement supérieur à celui du 16 mm. En outre, il propose de modifier la perforation centrale du 9,5 mm en lui donnant la forme de la perforation 16 mm et en la déplaçant sur le bord afin que le mécanisme soit plus silencieux et la pellicule moins sensible aux rayures. Mais ce projet de mini-caméra Aaton 11 2/3 ou Aaton IC 12 n’aboutira finalement pas, les caméras et projecteurs Beaulieu, Bolex 16 ou Éclair ACL, Pathé Webo et Eiki (16 mm ou 9,5 mm) pouvant cependant être adaptés au format Super 9,5. Ce travail sur les formats cinématographiques au meilleur rapport qualité/prix possible continue d’occuper Jean-Pierre Beauviala. Au début des années 1990, des firmes comme Aaton, Panavision et Arriflex défendent ainsi le Super 16/9 dans le contexte d’une norme 1,78 :1, Beauviala publiant notamment en 1994, dans le numéro 432 du Technicien du film & vidéo, un article sur le sujet en collaboration avec Marie Archambault, alors assistante réalisatrice.

Billet rédigé par Marianne Bauer et Simon Daniellou
dans le cadre de la publication du Cahier Louis-Lumière n°14



Citer ce billet
beauviatech (2021, 8 octobre). Billet 1 : Essais techniques des premières caméras Aaton. Beauviatech. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/lwqd

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.