Billet 8 : Les collaborations artistiques

Le fonds film Aaton déposé à la Cinémathèque française permet de constater qu’un lien s’établit entre Jean-Pierre Beauviala et la scène artistique locale, par exemple avec le danseur et chorégraphe grenoblois Jean-Claude Gallotta. Ainsi, Beauviala filme au format Super-16, en 1983, une partie d’un spectacle de la compagnie Émile Dubois à la Chartreuse de Villeneuve-lès-Avignon lors du Festival d’Avignon, intitulé Hommage à Yves P, poète grenoblois lui aussi1. Six ans plus tard, Beauviala signe une sorte de making of en 16 mm de Rei Dom ou la légende des Kreuls (1989), premier film de fiction que Gallotta réalise au moyen de caméras Panavision sous la responsabilité du chef opérateur Bernard Cavalié. Des essais avec le prototype de la caméra Aaton 35mm sont effectués pendant ce tournage.

À peu près à la même période a lieu à Mens le tournage du film d’Alain Bergala Incognito avec, cette fois, la caméra Aaton XTR (1521) au format Super 16 et, devant celle-ci, Jean-Pierre Beauviala, ainsi qu’Arielle Dombasle, que ce dernier filmera en 1992, un livre à la main – Essai sur la fatigue de Peter Handke – dans une bande conservée à la mise en scène énigmatique.

Tournage de Rei Dom ou la légende des Kreuls (Jean-Claude Gallotta, 1989)

Mais un élément de ce fonds, au contenu déjà très éclectique, donne à voir plus directement encore un Jean-Pierre Beauviala lui-même réalisateur. En effet, s’il ne peut à ses débuts mener à bien son idée initiale d’un film contestant l’urbanisme moderne à Grenoble faute des outils adaptés, c’est avec une caméra Éclair 16 et un Nagra qu’il tourne avec Suzanne Rosenberg un documentaire sur le Larzac où ils se rendent en 1972 suite à l’annonce du ministre de la Défense de l’agrandissement du camp militaire. Ils en ramènent un reportage de 27 minutes financé par Aaton, le Comité de sauvegarde du Larzac et l’Université Paris 7, et dédié à l’« Opération fermes ouvertes » mise en place par les agriculteurs pour montrer que l’image propagée par le gouvernement à travers les médias ne correspond pas à la réalité. En effet, le Larzac n’est pas un désert avec quelques anciens qui vivent dans des habitations en ruines. Au contraire, la région est dynamique et de jeunes familles s’y sont regroupées, installant des outils modernes comme des rotolactors pour assurer la traite des brebis. Bien qu’en mauvais état suite à ses multiples projections dans des ciné-clubs à travers la France pour sensibiliser le public à cette lutte, l’élément 16mm en double bande – un Ektachrome inversible pour l’image et un négatif sonore issu d’un repiquage de la bande son magnétique – et les quelques chutes que conserve la Cinémathèque française constituent un témoignage rare permettant de compléter le portrait d’un ingénieur ouvert sur les autres.

Opération fermes ouvertes, Larzac Pâques 72

Ces « autres », ce sont aussi ces passants qu’il filme en 1977 avec l’Aaton 7 dans le cadre d’essais pour un film d’Alain Gillis à ce jour non retrouvé, Les Figurants (1977), à nouveau au côté de Suzanne Rosenberg. Le dispositif du film consistait à mêler des personnages de fiction aux piétons de la rue des Canettes à Paris, filmés sous différents angles par trois caméras, afin de susciter des situations insolites.

Essais pour Les Figurants (Alain Gillis, 1977) rue des Canettes à Paris en 1977
  1. Claude Mouriéras assure la captation de ce spectacle en vidéo.

Billet rédigé par Marianne Bauer et Simon Daniellou
dans le cadre de la publication du Cahier Louis-Lumière n°14



Citer ce billet
beauviatech (2021, 29 novembre). Billet 8 : Les collaborations artistiques. Beauviatech. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/lwqm

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.