Billet 5 : Essais techniques autour du marquage binaire

En plus de bouleverser les rapports entre techniciens sur le tournage et l’approche qu’ils ont du sujet filmé, le marquage du temps élaboré par Aaton facilite le repérage des prises au montage. Mais Jean-Pierre Beauviala anticipe rapidement le changement des pratiques : lorsque la chaîne de postproduction évolue avec notamment l’apparition des premiers télécinémas – celui de Rank Cintel date de 1981 –, Aaton adapte son marquage du temps. Un marquage en langage binaire, composé d’une matrice de 7×13 points qui correspondent à 91 « bits optiques » ou à environ 22 chiffres, est ainsi ajouté afin de pouvoir être lu par un télécinéma. Le code matrice, baptisé Aaton Code, contient la même information que le marquage en clair, et alterne avec ce dernier sur la manchette de la pellicule.

Continuer la lecture

Billet 4 : Essais techniques autour du marquage en clair

Très tôt intéressé par l’idée de pouvoir enregistrer des sons concomitants dans le cadre d’un projet de film sur l’urbanisme grenoblois, Jean-Pierre Beauviala réfléchit à un dispositif dans lequel la prise de son est indépendante de la prise de vue. Il s’agit donc de se passer du câble reliant caméra(s) et magnétophone(s), dont il faut néanmoins assurer le synchronisme, tâche qui sera au centre des travaux d’Aaton, et ce, avant même sa création, certains essais remontant à 1967.

Continuer la lecture

Billet 3 : Essais techniques autour du Single System

Vers 1969, Jean-Pierre Beauviala réalise plusieurs essais avec une caméra Éclair 16 autour d’un « Single System », en réponse à la demande de la firme Éclair concernant l’élaboration d’un dispositif pour sa caméra 16 mm permettant à une seule personne de réaliser la prise de son parallèlement à la prise de vue. Son ami Jean-Philippe Carson l’informe à l’époque que le marché américain en particulier est demandeur d’un tel procédé pour effectuer des reportages (news). L’ingénieur et ses collaborateurs cherchent dès lors à élaborer un système avec lequel le son et l’image sont enregistrés sur le même support, rendant inutiles les étapes de repiquage du son et de synchronisation.

Continuer la lecture

Billet 2 : Essais techniques autour des formats professionnels et amateurs

Avec Rune Ericson, Jean-Pierre Beauviala préconise depuis le milieu des années 1980 le Super-35 en 3 perforations, puis le format 2-perf scope (ou Scope 2Perfos). Il s’agit d’utiliser tout l’espace disponible sur la pellicule, dont celui réservé normalement à la piste son, pour la prise de vue qui s’effectue avec une optique sphérique nécessitant moins d’éclairage et offrant, en particulier pour le format 2-perf, une plus grande profondeur de champ. De plus, avec ces formats, la consommation de la pellicule est réduite de 25 à 50 % tandis que la caméra, plus silencieuse, consomme moins d’énergie. Ces formats de tournage ne sont cependant pas destinés à la distribution : il n’y a plus de continuité entre le support de prise de vue et le support de diffusion.

Continuer la lecture

Billet 1 : Essais techniques des premières caméras Aaton

Au sein du fonds film Aaton déposé à la Cinémathèque française, le plus ancien essai réalisé avec une caméra de la firme, un prototype de la première Aaton 7, date de 1972. Tourné au format Super 16, il documente une rencontre entre Jean-Pierre Beauviala et le chef opérateur suédois Rune Ericson devant la Cinémathèque de Stockholm, en présence du photographe Anders Petersen. Trois ans auparavant, Ericson a justement développé le format Super 16 en modifiant notamment une caméra Éclair 16, et ce, afin d’obtenir une image bien plus grande que celle du 16 mm standard (+ 40 %), pour un ratio d’image 1,66 : 1 plus adapté au gonflage en 35 mm, mais aussi par la suite au transfert au format 16/9 (soit un ratio de 1,78 : 1).

Continuer la lecture