Billet 3 : Essais techniques autour du Single System

Vers 1969, Jean-Pierre Beauviala réalise plusieurs essais avec une caméra Éclair 16 autour d’un « Single System », en réponse à la demande de la firme Éclair concernant l’élaboration d’un dispositif pour sa caméra 16 mm permettant à une seule personne de réaliser la prise de son parallèlement à la prise de vue. Son ami Jean-Philippe Carson l’informe à l’époque que le marché américain en particulier est demandeur d’un tel procédé pour effectuer des reportages (news). L’ingénieur et ses collaborateurs cherchent dès lors à élaborer un système avec lequel le son et l’image sont enregistrés sur le même support, rendant inutiles les étapes de repiquage du son et de synchronisation.

Comme l’explique Beauviala dans une démonstration « au tableau » du système, captée par un prototype du système lui-même, le défi est le suivant : la plupart des caméras imposent au film un mouvement intermittent au niveau de la fenêtre de prise de vue ; or pour enregistrer ou lire du son sur un support, il faut que celui-ci défile le plus régulièrement possible devant la tête d’enregistrement-lecture.

Explication du Single System par Jean-Pierre Beauviala, Grenoble, ca. 1971

Certes, Bach-Auricon aux États-Unis propose des caméras avec Single System dès les années 1930, reposant sur le principe de régulation du défilement. Mais ce dernier s’avère problématique lorsque la caméra est en mouvement et produit un effet de pleurage. La solution proposée par Jean-Pierre Beauviala est la numérisation du son, qu’il obtient en élaborant le premier enregistreur son digital dont le dessin du circuit électronique est filmé dans deux des six bandes d’essai sur pellicule inversible conservées. L’exposition en toute transparence du dispositif dans un miroir souligne le rôle de preuve que joue pour Beauviala ce type d’essais vis-à-vis de la société Éclair.

Essais du Single System (1) par Jean-Pierre Beauviala et Hugues Vermeille, Grenoble, ca. 1969
Essais du Single System (3) par Jean-Pierre Beauviala et François Weulersse, Grenoble, ca. 1969

Avec le Single System, le son est stocké momentanément dans une mémoire qui se trouve dans un boîtier à part, fixé à la ceinture du reporter, tandis qu’un galet, solidaire d’une roue tachymétrique très précise, est intégré dans le magasin de la caméra. La roue mesure la vitesse instantanée de défilement du film et envoie cette information au dispositif électronique. Un son stable et de bonne qualité peut ainsi être transmis depuis la mémoire à la même vitesse que l’image, puis enregistré sur une bande magnétique couchée sur la manchette de la pellicule. Cette stabilité est mise à l’épreuve dans l’une des trois bobines d’un autre essai tourné dans les rues de Mens : discutant d’abord à pied aux abords du Café des arts, puis roulant à vive allure à bord d’une Méhari, Beauviala et son équipe teste la résistance du dispositif face aux mouvements de caméra.

Essais du Single System (2/1) par Jean-Pierre Beauviala, François Weulersse et Jean-Jacques Henry, Mens, 1970

Des photos conservées au Conservatoire des techniques de la Cinémathèque française documentent également, en 1972, l’intégration du Single System dans une caméra Arriflex 16ST.

Billet rédigé par Marianne Bauer et Simon Daniellou
dans le cadre de la publication du Cahier Louis-Lumière n°14



Citer ce billet
beauviatech (2021, 22 octobre). Billet 3 : Essais techniques autour du Single System. Beauviatech. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/lwqf

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.