Billet 4 : Essais techniques autour du marquage en clair

Très tôt intéressé par l’idée de pouvoir enregistrer des sons concomitants dans le cadre d’un projet de film sur l’urbanisme grenoblois, Jean-Pierre Beauviala réfléchit à un dispositif dans lequel la prise de son est indépendante de la prise de vue. Il s’agit donc de se passer du câble reliant caméra(s) et magnétophone(s), dont il faut néanmoins assurer le synchronisme, tâche qui sera au centre des travaux d’Aaton, et ce, avant même sa création, certains essais remontant à 1967.

La réponse de Beauviala passe par le marquage temporel pour lequel il va élaborer avec ses collaborateurs d’Aaton plusieurs accessoires destinés aux caméras et aux magnétophones, ainsi qu’aux machines de postproduction : outre le moteur à quartz, une horloge mère baptisée Origin C – que l’on voit manipulée par Beauviala et Rune Ericson dans une bande tournée à Stockholm en 1981 –, un transcodeur, ou encore l’imprimante Adage.

Démonstration de l’Aaton code et de l’horloge mère Origin C avec Rune Ericson, Stockholm, 1981

Le principe de base de l’Aaton code consiste en l’installation dans la caméra d’un dispositif d’affichage de chiffres et de lettres. Des diodes électroluminescentes, activées par un microprocesseur, inscrivent ainsi le time code sur la manchette, entre les perforations, pendant le transport de la pellicule. Parallèlement, est installé dans le magnétophone un modulateur qui enregistre des signaux codés sur la piste synchro de la bande magnétique 6,25 mm. Au moment du repiquage du son, le time code est lu et inscrit à l’aide de l’Adage sur le dos de la bande magnétique 16 mm. Le fonds film conserve en tout une trentaine d’essais (sur environ 65 bobines) permettant de dresser une chronologie précise de l’évolution du marquage du temps Aaton. Les premiers temps, les essais sont réalisés avec un afficheur 16 segments. Les informations sur le bord de la pellicule indiquent le numéro de l’équipement combiné avec le dernier chiffre de l’année de tournage, le jour, le mois, l’heure réelle ainsi qu’une marque de synchronisation.

Essai 16mm pour l’Aaton code, Grenoble, 1970
Essai 16mm pour l’Aaton code, Grenoble, 1980, bobine 2

Le premier système de marquage en clair lisible à l’œil nu est présenté à la fin des années 1970 et intégré dans la caméra 16 mm Aaton 7 LTR (il s’agit de l’option T). Ce marquage contient les informations suivantes : la date, l’heure exacte, un numéro de production, ainsi qu’un numéro d’équipement prélevé automatiquement sur la caméra et le magnétophone. Les bandes images et les bandes sons comportent ces indications à intervalles réguliers – toutes les secondes – ce qui permet un gain de temps conséquent au moment du repérage des rushes et de la synchronisation.

Essai 16mm pour l’Aaton code avec Thora van Male, Grenoble, 1980, bobine 3
Essai 16mm pour l’Aaton code, 1981

Le marquage du temps Aaton s’inscrit plus largement dans une histoire du « cinéma direct » que traversent diverses techniques de marquage du temps préexistantes ou contemporaines expérimentées par l’IRT en Allemagne (Institut für Rundfunktechnik), la TDF (Télé-Diffusion de France), l’ONF (Office national du Film) au Canada (avec le Time Index System), la Society of Motion Picture and Television Engineers aux États-Unis (avec le code SMPTE). Dans les années 1970, l’IRT et la TDF élaborent un code binaire commun au sein de l’Union Européenne de Radiodiffusion (UER) qui nécessite un décodeur pour le déchiffrer. Deux essais du fonds illustrent l’adaptation d’une caméra Aaton au code UER, compatible avec l’Aaton code.

Essai 16mm d’adaptation d’une caméra Aaton au code UER avec Thora van Male, ca. 1976
Essai 16mm pour l’Aaton code et le code UER, 1979

En février 1982, le cinéaste indien Saeed Aktar Mirza et Raymond Depardon se rendent dans un petit village rural en Inde pour réaliser avec des caméras Aaton deux courts-métrages, Piparsod II et Piparsod III, respectivement. L’ethnologue Jean-Luc Chambard – qui a filmé en 1961 Kalawati dans le même village – et Jean-Pierre Beauviala font également partie du voyage. Saeed Mirza, accompagné du directeur de la photo Sunil Sharma et de l’ingénieur du son Rajan Rajkhowa, est ainsi le premier à utiliser le système complet du marquage en clair de la firme française, le montage étant ensuite réalisé par Élisabeth Kapnist en seulement 9 jours.

Piparsod II (Saeed Aktar Mirza, 1982)

Billet rédigé par Marianne Bauer et Simon Daniellou
dans le cadre de la publication du Cahier Louis-Lumière n°14


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
beauviatech (29 octobre 2021). Billet 4 : Essais techniques autour du marquage en clair. Beauviatech. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/lwqg


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.