Billet 5 : Essais techniques autour du marquage binaire

En plus de bouleverser les rapports entre techniciens sur le tournage et l’approche qu’ils ont du sujet filmé, le marquage du temps élaboré par Aaton facilite le repérage des prises au montage. Mais Jean-Pierre Beauviala anticipe rapidement le changement des pratiques : lorsque la chaîne de postproduction évolue avec notamment l’apparition des premiers télécinémas – celui de Rank Cintel date de 1981 –, Aaton adapte son marquage du temps. Un marquage en langage binaire, composé d’une matrice de 7×13 points qui correspondent à 91 « bits optiques » ou à environ 22 chiffres, est ainsi ajouté afin de pouvoir être lu par un télécinéma. Le code matrice, baptisé Aaton Code, contient la même information que le marquage en clair, et alterne avec ce dernier sur la manchette de la pellicule.

Film de réglage de l’Aaton Code, réalisé entre juillet et décembre 1988

Après le milieu des années 1980, ce double marquage du temps est intégré dans les nouvelles caméras Aaton XTR et un nouvel accessoire est développé, le Linker. Constitué d’une tête de lecture installée sur le télécinéma afin de lire les matrices, le Linker asservit le télécinéma et le Nagra (de lecture) au moment du transfert cinéma/vidéo de façon à ce que les images et les sons soient reportés de manière synchrone sur la bande vidéo. L’enregistreur vidéo est également adapté pour pouvoir lire et ensuite afficher l’Aaton Code à l’écran.

Essai de marquage en son synchrone tourné fin avril 1989 dans les locaux d’Aaton à Grenoble
Essai de marquage tourné en 1993 avec la caméra XTR prod 1840 à différentes cadences et avec l’option Aatonite

Le marquage binaire élaboré par Aaton, qui permet d’économiser 25 à 30 % de temps durant l’étape de télécinéma, remporte plus de succès que le marquage en clair, notamment aux États-Unis. Panavision passe des accords de licence avec Aaton. Les deux sociétés s’associent pour promouvoir l’utilisation de l’Aaton Code et adapter le marquage du temps pour les caméras Aaton et Panavision au format 35 mm, plusieurs essais gardant la trace de cette collaboration. Des présentations de la chaîne film-vidéo sous Aaton Code sont organisées dans les années 1990 afin d’en donner à voir le fonctionnement en temps réel, suivi du développement et du transfert vidéo en son synchrone automatique. Un visionnage des rushes vidéo-synchrones est alors effectué avant leur numérisation sur disque, puis leur montage virtuel. Deux bobines issues du fonds film présentent ainsi les images d’une performance musicale réalisée à Los Angeles en 1996 afin de faire la démonstration de la chaîne film-vidéo. Pour l’occasion, le groupe Brothers se produit devant trois caméras 35 mm (une caméra Pana 336 G II et deux Aaton 35 III) manipulées par Tom Sigel, Mike Thomas et Tony Nako, avec Dave Missal à la prise de son. L’événement est organisé par « Aaton des autres inc. » (distributeur d’Aaton implantée pour un temps à Burbank en Californie), représenté par Danys Bruyère, en collaboration avec les partenaires Avid Technologies, Deluxe Labs, Eastman Kodak, Panavision et Rank Cintel.

Le groupe Brothers se produit en live pour une démonstration de la chaîne film-vidéo organisée à Los Angeles en 1996 par Aaton des autres inc. et ses partenaires

Billet rédigé par Marianne Bauer et Simon Daniellou
dans le cadre de la publication du Cahier Louis-Lumière n°14


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
beauviatech (12 novembre 2021). Billet 5 : Essais techniques autour du marquage binaire. Beauviatech. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/lwqh


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.