Billet 8 : Les collaborations artistiques

Le fonds film Aaton déposé à la Cinémathèque française permet de constater qu’un lien s’établit entre Jean-Pierre Beauviala et la scène artistique locale, par exemple avec le danseur et chorégraphe grenoblois Jean-Claude Gallotta. Ainsi, c’est probablement Beauviala qui assure en 1983 la captation d’un spectacle de la compagnie Émile Dubois à la Chartreuse de Villeneuve-lès-Avignon lors du Festival d’Avignon, spectacle intitulé Hommage à Yves P, poète grenoblois lui aussi. Six ans plus tard, Beauviala signe une sorte de making of en 16 mm de Rei Dom ou la légende des Kreuls (1989), premier film de fiction que Gallotta réalise avec Claude Mouriéras au moyen de caméras Aaton 35 mm sous la responsabilité du chef opérateur Bernard Cavalié.

Continuer la lecture

Billet 7 : La vie de l’entreprise Aaton

Tout au long des décennies d’activité de la firme, les caméras Aaton ont enregistré, à l’occasion de leurs essais techniques consultables dans le fonds conservé à la Cinémathèque française, la vie de l’entreprise en plein centre de Grenoble. Grâce à eux, il est ainsi possible de parcourir le stock de pièces détachées ou d’appréhender la configuration des bureaux ouverts sur le centre ville grâce à de grandes baies vitrées emblématiques de la « transparence » de l’entreprise revendiquée par Beauviala.

Continuer la lecture

Billet 6 : Une firme au plus près de la création cinématographique

Plusieurs éléments du fonds film Aaton conservés à la Cinémathèque française sont l’occasion d’apprécier l’influence et l’intérêt porté à la firme à travers des rencontres avec des créateurs (au cinéma, mais aussi à la télévision et en vidéo) à l’écoute desquels se tiennent Jean-Pierre Beauviala et ses collaborateurs. L’échange permanent avec les utilisateurs des appareils est en effet une des caractéristiques de la société.

Continuer la lecture

Billet 5 : Essais techniques autour du marquage binaire

En plus de bouleverser les rapports entre techniciens sur le tournage et l’approche qu’ils ont du sujet filmé, le marquage du temps élaboré par Aaton facilite le repérage des prises au montage. Mais Jean-Pierre Beauviala anticipe rapidement le changement des pratiques : lorsque la chaîne de postproduction évolue avec notamment l’apparition des premiers télécinémas – celui de Rank Cintel date de 1981 –, Aaton adapte son marquage du temps. Un marquage en langage binaire, composé d’une matrice de 7×13 points qui correspondent à 91 « bits optiques » ou à environ 22 chiffres, est ainsi ajouté afin de pouvoir être lu par un télécinéma. Le code matrice, baptisé Aaton Code, contient la même information que le marquage en clair, et alterne avec ce dernier sur la manchette de la pellicule.

Continuer la lecture

Billet 4 : Essais techniques autour du marquage en clair

Très tôt intéressé par l’idée de pouvoir enregistrer des sons concomitants dans le cadre d’un projet de film sur l’urbanisme grenoblois, Jean-Pierre Beauviala réfléchit à un dispositif dans lequel la prise de son est indépendante de la prise de vue. Il s’agit donc de se passer du câble reliant caméra(s) et magnétophone(s), dont il faut néanmoins assurer le synchronisme, tâche qui sera au centre des travaux d’Aaton, et ce, avant même sa création, certains essais remontant à 1967.

Continuer la lecture