Films portant sur Jean-Pierre Beauviala

L’Œil mécanique (Laurent Lutaud, 1995)

Image : Christian Gaume assisté de Michel Monnaie
Son : Christophe Bertoux
Montage : Jacques Dangleterre
Durée : 31 min
Support : Super 16 mm
Lien VOD

Description : « Pendant l’année 1995, nous avons suivi Jean-Pierre Beauviala, PDG d’Aaton qui travaille depuis quelque temps à l’élaboration d’une petite caméra révolutionnaire. Cette nouvelle caméra s’appelle “la minima” et s’inscrit dans le vieux projet “Ciné-minimal” de Jean-Pierre Beauviala qui défend depuis longtemps une autre manière de pratiquer le cinéma, hors des sentiers battus, un cinéma de poche. Ce nouvel outil nous permettra peut-être de faire des films que l’on ne pouvait pas ou que l’on n’osait pas faire auparavant, les films dont rêvaient Dziga Vertov et quelques autres… » (source – film-documentaire.fr)

Cinéma Vérité : le moment décisif (Peter Wintonick, 1999)
(Cinema Verite: Defining The Moment)

Caméra : Francis Miquet
Son : Peter Wintonick
Montage : Marlo Miazga, Peter Wintonick
Musique : Jimmy James
Durée : 1h42

Description : « Il s’agit d’un documentaire sur le cinéma direct depuis ses tout débuts (Nanook of the North) jusqu’au faux cinéma direct du Blair Witch Project. Tous les cinéastes importants du cinéma direct sont représentés et/ou interviewés : Leacock, Wiseman, Maysles, Pennebaker, Reisz et d’autres. » (Oliver Heidelbach)

Voir le film sur le site de l’ONF

La Rouge et la noire (Isabelle Prim, 2011)

Direction de la photographie : Alexandra Sabathé
Scénario : Luc Moullet
Durée : 1h14

Description : « La rouge et la noire, basé sur un scénario inédit de Luc Moullet, dresse un portrait à la fois informé et loufoque d’Aaton et de son PDG, le célèbre inventeur de caméra Jean-Pierre Beauviala, aussi connu pour sa proche collaboration avec Jean-Luc Godard et la Nouvelle Vague.
Dans cette fiction, deux voleuses, Pénéglote et Polylope, sont commanditées pour dérober la Pénélope, la toute dernière caméra Aaton. On suit de près la fabrication d’une forme hybride, de plus en plus surnaturelle, à travers les logiciels de pointe d’ingénieurs équivoques et l’œil expert d’un PDG interlope. Dans leur enquête, Pénéglote et Polylope parlent un langage imaginaire et enchaînent les actes manqués et les lapsus…
Ce film, le premier sur Aaton, n’est pas seulement le portrait d’un inventeur génial, une fiction sur deux voleuses, mais aussi un essai offrant à découvrir les images d’archives inédites et historiques de Jean-Pierre Beauviala. » (source : Isabelle-Prim.com)

LA ROUGE ET LA NOIRE – 2012 – EXTRAIT 01
Auteur : Savinien Bernhardt, mise en ligne : 18 Juin 2013
LA ROUGE ET LA NOIRE – 2012 – EXTRAIT 02
Auteur : Savinien Bernhardt, mise en ligne : 18 Juin 2013
Le quotidien filmé (17) – Jean-Pierre Beauviala – Isabelle Prim – Dialogue autour de la projection La rouge et la noire
Enregistrement du colloque Le Quotidien filmé (3-4 novembre 2014)
Auteur : Cinémathèque de Grenoble, mise en ligne : 4 janvier 2015

The Camera that Changed the World (Mandy Chang, 2011, BBC)

Direction de la photographie : Stephen Standen
Montage : Gregor Lyon
Durée : 59 min

Description : « L’histoire de The Camera That Changed The World suit les cinéastes et les ingénieurs qui, à partir de l’été 1960 ont conçues les premières caméras portatives.
Le film montre pourquoi une caméra portable et silencieuse avec un son synchronisé était si importante pour eux, et comment cette caméra a changé à jamais notre façon de regarder le monde – dans un sens factuel, cinématographique et poétique. Alors qu’aux États-Unis, Robert Drew, Richard Leacock et DA Pennebaker transformaient un appareil photo Auricon existant en une version portable plus légère, en France, Jean Rouch et Michel Brault ont été les premiers à travailler avec un prototype d’appareil photo portable et silencieux fabriqué par Eclair. Tous deux sont entrés dans l’histoire instantanément avec leurs premiers résultats : Primary (1960), sur le jeune candidat présidentiel John F. Kennedy dans l’État du Wisconsin, et Chronique d’un été (1960), sur la vie quotidienne à Paris. Dans le documentaire, les légendes du cinéma vérité et du cinéma direct sont interviewées, telles que D. A. Pennebaker, Robert Drew, Michel Brault et le récemment décédé Richard Leacock. » (source : IDFA)

The Camera That Changed The World
Auteur : U_A_P, mise en ligne : 2013

Lavenir de la mémoire : de l’argentique au numérique (Diane Baratier, 2014 – Entretiens avec Jean-Pierre Beauviala)

Direction de la photographie : Diane Baratier, Éléonore Bérrubé, Élise Bigot
Son : Diane Baratier, Éléonore Bérrubé, Élise Bigot
Montage : Diane Baratier
Musique originale : Alain Jomy
Durée : 7 min

Description : « Quand le cinéaste Jacques Baratier meurt, sa fille Diane Baratier découvre que sur les 30 films qu’il avait réalisés, l’un avait disparu et certains étaient en passe de le devenir. De cette découverte personnelle, la réalisatrice réfléchit à la disparition du cinéma alors que nous sommes à l’intersection d’un énorme bouleversement technologique et de la dématérialisation des supports. » (source : film-documentaire.fr)

Bande Annonce L’Avenir de la mémoire
Auteur : Diane Baratier, mise en ligne : 6 août 2014
L’avenir de la mémoire, de l’argentique au numérique
Rencontre avec Diane Diane Baratier dans le cadre du 34e Festival international du film d’Amiens.
Un film de Samuel Levi, Lisa Lemonnier, Alice Orzechowski et Margot Samadet
Auteur : Lycée La Hotoie, mise en ligne : 17 février 2015

Mille chemins du temps (Philippe Vandendriessche, 2014)

Direction de la photographie : Didier Hill-Derive, François Roland, Philippe Vandendriessche
Son : Laurence Morel, Antoine Vandendriessche
Montage : Geoffroy Cernaix
Musique originale : Charles Loos
Durée : 69 min
Support : Numérique HD

Description : « L’écriture du cinéma s’est nourrie des inventions qui lui ont donné le mouvement, la voix, la couleur… Au service des films, les techniciens ont dans les mains des instruments de plus en plus élaborés pour capter l’émotion, la vie, la vérité, à travers le son et l’image. L’inventeur Jean-Pierre Beauviala et les ingénieurs d’Aaton ont marqué l’histoire du cinéma des dernières décennies, en insufflant aux réalisateurs d’autres façons d’approcher le réel ou de raconter les histoires. La caméra “chat sur l’épaule”, le marquage du temps, la “Paluche” ou le pixel vibré de la caméra numérique sont autant de moyens techniques que de chemins offerts aux cinéastes, pour aller à la rencontre du public. Mille chemins du temps raconte une aventure industrielle singulière, qui a puisé son développement dans l’imagination fertile d’un passionné de cinéma qui a su allier art et technique, pour que les films traversent le temps. » (source : film-documentaire.fr)

Trailer – Mille chemins du temps FR
Auteur : Centre de l’Audiovisuel à Bxl, mise en ligne : 2015
“Mille chemins du temps” – Philippe Vandendriessche
Extrait tiré du film
Auteur : Cinergie .be, mise en ligne : 10 avril 2014
Les Mille Chemins du Temps : Autour de Jean-Pierre Beauviala et Aaton (2014)
Rencontre avec Philippe Vandendriessche et Jean-Pierre Beauviala
Auteur : La Cinémathèque Française, mise en ligne le 14 mars 2014

Recherches effectuées par Arthur Péraud dans le cadre de sa mission Technès.