Billet 8 : Les collaborations artistiques

Le fonds film Aaton déposé à la Cinémathèque française permet de constater qu’un lien s’établit entre Jean-Pierre Beauviala et la scène artistique locale, par exemple avec le danseur et chorégraphe grenoblois Jean-Claude Gallotta. Ainsi, c’est probablement Beauviala qui assure en 1983 la captation d’un spectacle de la compagnie Émile Dubois à la Chartreuse de Villeneuve-lès-Avignon lors du Festival d’Avignon, spectacle intitulé Hommage à Yves P, poète grenoblois lui aussi. Six ans plus tard, Beauviala signe une sorte de making of en 16 mm de Rei Dom ou la légende des Kreuls (1989), premier film de fiction que Gallotta réalise avec Claude Mouriéras au moyen de caméras Aaton 35 mm sous la responsabilité du chef opérateur Bernard Cavalié.

Continuer la lecture

Billet 3 : Essais techniques autour du Single System

Vers 1969, Jean-Pierre Beauviala réalise plusieurs essais avec une caméra Éclair 16 autour d’un « Single System », en réponse à la demande de la firme Éclair concernant l’élaboration d’un dispositif pour sa caméra 16 mm permettant à une seule personne de réaliser la prise de son parallèlement à la prise de vue. Son ami Jean-Philippe Carson l’informe à l’époque que le marché américain en particulier est demandeur d’un tel procédé pour effectuer des reportages (news). L’ingénieur et ses collaborateurs cherchent dès lors à élaborer un système avec lequel le son et l’image sont enregistrés sur le même support, rendant inutiles les étapes de repiquage du son et de synchronisation.

Continuer la lecture

Billet 1 : Essais techniques des premières caméras Aaton

Au sein du fonds film Aaton déposé à la Cinémathèque française, le plus ancien essai réalisé avec une caméra de la firme, un prototype de la première Aaton 7, date de 1972. Tourné au format Super 16, il documente une rencontre entre Jean-Pierre Beauviala et le chef opérateur suédois Rune Ericson devant la Cinémathèque de Stockholm, en présence du photographe Anders Petersen. Trois ans auparavant, Ericson a justement développé le format Super 16 en modifiant notamment une caméra Éclair 16, et ce, afin d’obtenir une image bien plus grande que celle du 16 mm standard (+ 40 %), pour un ratio d’image 1,66 : 1 plus adapté au gonflage en 35 mm, mais aussi par la suite au transfert au format 16/9 (soit un ratio de 1,78 : 1).

Continuer la lecture