Billet 8 : Les collaborations artistiques

Le fonds film Aaton déposé à la Cinémathèque française permet de constater qu’un lien s’établit entre Jean-Pierre Beauviala et la scène artistique locale, par exemple avec le danseur et chorégraphe grenoblois Jean-Claude Gallotta. Ainsi, c’est probablement Beauviala qui assure en 1983 la captation d’un spectacle de la compagnie Émile Dubois à la Chartreuse de Villeneuve-lès-Avignon lors du Festival d’Avignon, spectacle intitulé Hommage à Yves P, poète grenoblois lui aussi. Six ans plus tard, Beauviala signe une sorte de making of en 16 mm de Rei Dom ou la légende des Kreuls (1989), premier film de fiction que Gallotta réalise avec Claude Mouriéras au moyen de caméras Aaton 35 mm sous la responsabilité du chef opérateur Bernard Cavalié.

Continuer la lecture

Billet 6 : Une firme au plus près de la création cinématographique

Plusieurs éléments du fonds film Aaton conservés à la Cinémathèque française sont l’occasion d’apprécier l’influence et l’intérêt porté à la firme à travers des rencontres avec des créateurs (au cinéma, mais aussi à la télévision et en vidéo) à l’écoute desquels se tiennent Jean-Pierre Beauviala et ses collaborateurs. L’échange permanent avec les utilisateurs des appareils est en effet une des caractéristiques de la société.

Continuer la lecture

Billet 2 : Essais techniques autour des formats professionnels et amateurs

Avec Rune Ericson, Jean-Pierre Beauviala préconise depuis le milieu des années 1980 le Super-35 en 3 perforations, puis le format 2-perf scope (ou Scope 2Perfos). Il s’agit d’utiliser tout l’espace disponible sur la pellicule, dont celui réservé normalement à la piste son, pour la prise de vue qui s’effectue avec une optique sphérique nécessitant moins d’éclairage et offrant, en particulier pour le format 2-perf, une plus grande profondeur de champ. De plus, avec ces formats, la consommation de la pellicule est réduite de 25 à 50 % tandis que la caméra, plus silencieuse, consomme moins d’énergie. Ces formats de tournage ne sont cependant pas destinés à la distribution : il n’y a plus de continuité entre le support de prise de vue et le support de diffusion.

Continuer la lecture

Billet 1 : Essais techniques des premières caméras Aaton

Au sein du fonds film Aaton déposé à la Cinémathèque française, le plus ancien essai réalisé avec une caméra de la firme, un prototype de la première Aaton 7, date de 1972. Tourné au format Super 16, il documente une rencontre entre Jean-Pierre Beauviala et le chef opérateur suédois Rune Ericson devant la Cinémathèque de Stockholm, en présence du photographe Anders Petersen. Trois ans auparavant, Ericson a justement développé le format Super 16 en modifiant notamment une caméra Éclair 16, et ce, afin d’obtenir une image bien plus grande que celle du 16 mm standard (+ 40 %), pour un ratio d’image 1,66 : 1 plus adapté au gonflage en 35 mm, mais aussi par la suite au transfert au format 16/9 (soit un ratio de 1,78 : 1).

Continuer la lecture